Un peu d’histoire

Les commencements

Le 15 août 1981, au chevet de la Basilique de Vézelay, un groupe de 8 hommes (2 prêtres et 6 jeunes) font cette prière : « Vierge Marie, donne-nous un apostolat ! St Joseph, donne-nous les conditions matérielles pour que nous puissions commencer une vie commune ! »

 Accueillis par la communauté des sœurs oblates de l’Eucharistie au prieuré st Joseph (!), ils commencent leur vie commune à Rueil Malmaison le 13 septembre 1981. Ils travaillent à la clinique dédiée à Notre Dame du Lac (!).

Les frères précisent leur vocation en ces termes : « Notre appel nous paraît être de servir un jour une paroisse ou un secteur paroissial en vivant cet apostolat en communion étroite avec des sœurs consacrées et des frères et sœurs laïcs »

Le 11 février 1982, mgr Chabbert accepte d’accueillir cette communauté naissante à Perpignan. L’installation officielle des frères  aura lieu  le 17 septembre 1983, dans les paroisses Notre Dame La Réal et St Matthieu.

Le 3 sept 1983 quatre jeunes filles se sentant appelées à une vie religieuse de même type que celles des frères commencent une vie commune au Chesnay, près de Versailles.

Le 9 décembre 1986, après 3 années qui ont vu l’arrivée des premières sœurs à Perpignan suivie de la venue des premiers laïcs, et qui ont été traversées par des épreuves de toutes sortes, la communauté prend le nom de « communauté de la Croix Glorieuse de Notre Seigneur Jésus-Christ »

Le 30 novembre 1988, un décret de mgr Jean Chabbert  reconnaît la communauté comme « Association de Fidèles » de son diocèse

 Le 31 décembre 1988, au cours des Vigiles de ste Marie mère de Dieu ont lieu les engagements définitifs de 6 premiers frères de la communauté, les prises d’habits des 4 premières sœurs et les premiers engagements officiels des laÏcs (2 familles et une célibataire)

Premières fondations

En Septembre 1990, a lieu la première fondation :  la maison ste Marie à st Paul de Fenouillet. Cette fondation fermera en 1997, car cette expérience rurale confirmera notre vocation à une évangélisation urbaine.

En Septembre 1992, c’est une fondation à Toulouse à la Paroisse de l’Immaculée Conception.

En 1997, c’est l’ouverture de la maison du disciple Bien-Aimé à la Valette du Var dans le diocèse de Fréjus-Toulon et de la maison des cœurs de Jésus et Marie à la paroisse st Martin de Bon-Secours à Perpignan.

En 2001, la  fondation de Ker Avinou à ste Anne d’Auray dans le diocèse de Vannes est  hors paroisse car elle a  pour vocation d’être un lieu de formation communautaire et d’animation des retraites et sessions dans la grâce de la communauté

Un temps de crise

 Le 18 septembre 2002, le départ brutal des 2 responsables des maisons de Perpignan inaugure un temps d’un grand bouleversement. En effet, il est révélateur d’une crise profonde, il est suivi d’autres départs.   Ceci entraîne la fermeture, en 2003, de la maison st Joseph de Perpignan et de la maison du Disciple Bien-Aimé de la Valette du Var et en 2005, de la maison de ste Anne d’Auray.

Cette crise met à jour des dysfonctionnements tant d’ordre personnel que structurel qui ont blessé des personnes.

 La communauté tient à demander pardon à tous ceux qui en ont souffert.

Bien décidée à tout mettre en œuvre pour que d’autres ne souffrent pas des mêmes erreurs et lacunes, elle entreprend dès lors, avec l’aide des autorités compétentes un grand chantier de refondation revisitant ainsi de fond en comble les statuts.

Un nouveau départ

« Vous êtes réunis en communauté pour habiter unanimes dans la maison. Alors ayez une seule âme et un seul cœur tendus vers Dieu »

Règle de st Augustin 1,2  

La communauté choisit de s’inscrire dans la spiritualité de saint Augustin en prenant la règle de saint Augustin comme texte de référence. Ce choix lui permet de revoir les structures de gouvernement :  Le chapitre de communauté devient le premier lieu de décision. Modérateur et responsable de maisonnée avec les différents conseils ont pour charge dès lors de préparer les chapitres et de permettre la mise en œuvre des grandes orientations décidées par le chapitre de communauté. 

 « La chance des communautés augustiniennes dans l’Eglise est le pari d’une vie équilibrée entre vie communautaire, prière et mission. » 

Dominique-Marie Dauzet, o.praem

Le 6 août 2009, en la fête de la Transfiguration, tous les engagés définitifs reformulent leurs engagements sur les nouveaux statuts approuvés par Mgr Marceau.

Le 11 novembre 2009, en la fête de st Martin, la communauté est érigée en association publique de Fidèles du diocèse de Perpignan.

Le 14 septembre 2011, la communauté rassemble parents, amis et paroissiens pour fêter ensemble les 30 ans de la communauté. Le p. Jean-Miguel Garrigues o.p exhorte alors les membres de la communauté à être « au cœur de l’assemblée des fidèles, au cœur du peuple chrétien dans toute sa variété, des centres de vie chrétienne intenses  fervents,  des foyers de communion fraternelle dans la charité, des sortes de moteurs internes  par l’entrain, l’entrainement dans la charité »[1]

Depuis, comme vous pouvez le lire sur le site de la communauté et de nos paroisses, nous continuons à Contempler le mystère de la Croix Glorieuse ,à Annoncer la vie plus forte que la mort, à Construire avec tous pour que chacun devienne une pierre vivante de l’Eglise



[1] cf. conférence JM.Garrigues « 30 ans de la communauté »