En mission vers les SDF ou Naissance d’un service

J’attends le train. Un homme se colle à moi. Est-il drogué ? Il est sale, il fait peur. « Ma sœur aidez-moi», répète-t-il, sous le regard inquiet des autres voyageurs. Je lui propose mon sandwich, il ne le veut pas. Je lui demande : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? ».

Il reprend « Ma sœur aidez-moi ». Le train arrive. Je monte, je pars. « Que veux-tu que je fasse pour toi ? ». En mon cœur, cette question du Christ m’appelle. Or, l’une des grâces des paroisses est d’être un lieu de rencontre d’où jaillit, au souffle de l’Esprit, de nouvelles initiatives. C’est ainsi, que je partage ma question avec Béatrice, elle est « médiateur de rue ». Je l’accompagne dans son travail, découvre le monde de la rue… Elle m’interpelle : « Plusieurs paroissiens se demandent que pouvons-nous faire pour les SDF ? Qu’est-ce qu’une paroisse peut apporter ? »

Nous rencontrons dès lors les prêtes, leur proposons un projet de solidarité avec les plus démunis, plus particulièrement ceux que les aléas de la vie ont conduites à se réfugier dans la rue, ce que l’on nomme plus communément SDF: « Notre souhait est de partager une collation chaude (soupe de légumes frais, sandwichs, fromages et café), mais aussi de prendre le temps d’accueillir, de servir, d’écouter et surtout de rencontrer. »

« Pourquoi pas ? Mais Y aura-t-il des personnes prêtes à servir ? ». Une annonce est faite à la fin des messes. Le 18 décembre 2012, la première réunion rassemble 18 personnes. Nous nous lançons dans l’aventure. Le service ouvre ses portes le mardi 8 janvier 2013 pour vivre 40 jours de solidarité du 8 janvier au 2 avril, en servant trois fois par semaine.
Fin mars, l’équipe de bénévoles décide de continuer jusqu’au mois de juin une fois par semaine: « On a faim aussi au printemps ». Après la pause estivale, au mois d’octobre, le service reprend.
Nous sommes, maintenant une quarantaine de bénévoles .Les un épluchent, les autres servent, mangent la soupe avec nos invités. A l’oratoire, situé au-dessus de notre salle d’accueil, d’autres intercèdent.

Nous accueillons en moyenne 34 personnes par service et parfois quelques toutous qui ont droit à caresses et croquettes.

Un temps de gratuité

Il n’est, sans doute pas anodin, que le premier jour d’ouverture du service, une personne ait apporté un bouquet de tulipes.  Ce « superflu nécessaire » chante en nos cœurs comme le parfum que jadis une autre dame versa sur les pieds du Seigneur. (Luc 7.36-38) comme la  guitare qui est mise à disposition et qui nous donne parfois de servir en musique.

Un espace de fraternité

Il serait faux de penser que cela allait de soi, pour nous, d’ouvrir les portes de la salle paroissiale nouvellement restaurée, aux gens de la rue. Bien des peurs nous traversaient : l’alcool, la drogue, les chiens, la saleté, le nombre… Comment accueillir sans naïveté, avec douceur, respect ? Comment recevoir ces personnes que bien souvent on ignore, on évite ?

Le service transforme peu à peu notre regard. Ils ne sont plus ceux qui font la manche à la porte de nos églises, ils sont des personnes en souffrance, des frères à rencontrer. Leur sourire nous met en joie. On s’inquiète de leur absence. On reçoit d’eux.

Un  peu de pain pour l’estomac

La soupe est très appréciée, surtout lorsque dehors, le froid mord. C’est peu de chose, le peu que nous pouvons apporter aujourd’hui. Il nous semblait important de nous situer dans l’ensemble du réseau social de notre département, nous avions constaté qu’il y avait  très peu de propositions pour la nourriture. L’abri de nuit les maraudes, les vêtements, les douches, la domiciliation, les soins, sont donnés par d’autres. Nous apprenons peu à peu à les connaitre pour une meilleure collaboration.

Un chemin d’espérance

Pour aider quelqu’un à « sortir » de la rue, cela prend du temps et jamais seul. Chacun apporte sa lumière, son geste d’humanité, de tendresse.  Cela nous invite à l’humilité, à nous mettre à l’écoute du frère, à l’école de l’évangile, à continuer à nous former.

Le service  continue en 2014 -2015 retrouvez nous en quelques clics :

Pour en savoir plus, retrouvez-nous sur site de la paroisse : http://www.ndbonnenouvelle.info et suivez les tweets @MoutardeMacédoine

Sœur Mireille